Life Long Learning for Lebanon

Portail informatique formation d'ingénieur Liban

Supports, informations et actualités informatique ISSAE Cnam Liban et centres du Cnam Liban

Société et technologie

Fondateur et activiste Free (libre) Open Source Software Lebanese Movement OSLM

vendredi 29 novembre 2013

LoLiGrUB, le Mundaneum et les Jeudis du Libre, avec l'aimable soutien de Google, vous proposent une conférence d'exception s'adressant à tous !

LoLiGrUB, le Mundaneum et les Jeudis du Libre, avec l'aimable soutien de Google, vous proposent une conférence d'exception s'adressant à tous !

Ce jeudi 12 décembre 2013 à 19h se déroulera la 24ème séance montoise des Jeudis du Libre de Belgique.

Le sujet de cette séance : Logiciels Libres : défis et opportunités pour une informatique au service des citoyens

Thématique : Internet|sécurité Public : Tout public

L'animateur conférencier : Roberto Di Cosmo (Paris VII - AFUL)

Lieu de cette séance : Université de Mons, Campus Plaine de Nimy, avenue Maistriau, Grands Amphithéâtres, Auditoire Gutenberg (cf. ce plan sur le site de l'UMONS)

La participation sera gratuite et ne nécessitera que votre inscription nominative, de préférence préalable, ou à l'entrée de la séance. Merci d'indiquer votre intention (même incertaine) en vous inscrivant via la page http://jeudisdulibre.fikket.com/

Cette séance sera suivie d'un verre de l'amitié, offert par L'ASBL LoLiGrUB.

Si vous êtes intéressé(e) par ce cycle mensuel, n’hésitez pas à consulter l'agenda et à vous inscrire sur la liste de diffusion afin de recevoir systématiquement les annonces.

Pour rappel, les Jeudis du Libre se veulent des rencontres autour de thématiques des Logiciels Libres. Les rencontres montoises se déroulent chaque troisième jeudi du mois, et sont organisées dans des locaux et en collaboration avec des Hautes Écoles et Facultés Universitaires du Pôle Hainuyer d'enseignement supérieur impliquées dans les formations d’informaticiens (UMONS, HEH et Condorcet), et avec le concours de l’A.S.B.L. LoLiGrUB, active dans la promotion des logiciels libres.

Description : Le logiciel et l'Informatique sont désormais présent partout: des ordinateurs aux téléphones aux voitures aux caisses enregistreuses, il n'y a presque plus aucun acte de notre vie quotidienne qui ne soit pas accompagné, facilité, enregistré et suivi.

Au moment ou l'essentiel de notre vie devient dématérialisé, duplicable, indexable et exploitable, un grand nombre de question fondamentales se posent. La première d'entre elles est celle de savoir qui contrôle les outils qui organisent notre vie numérique.

Nous allons voir comment les logiciels libres et les formats ouverts sont indispensables pour que les avancées technologiques de notre époque restent sous notre contrôle.

Information complémentaire : Roberto Di Cosmo, expert dans la recherche sur les logiciels libres et open source, donnera le même jour un séminaire Infortech-Numediart intitulé “Analysing co-installability of software components”, à 15h15 dans le bâtiment Vesale, salle 20, Campus Sciences, Faculté des Sciences, UMONS, Avenue du Champs de Mars 6, 7000 Mons. L'entrée est libre et gratuite. Renseignement : hadrien.melot CHEZ umons.ac.be

mardi 26 novembre 2013

Map Reduce by wikipedia

Map Reduce (http://fr.wikipedia.org/wiki/MapReduce)


MapReduce est un patron d'architecture de développement informatique, popularisé (et non inventé) par Google, dans lequel sont effectués des calculs parallèles, et souvent distribués, de données potentiellement très volumineuses (> 1 teraoctet).
Les terminologies de « Map » et « Reduce », et leurs idées générales, sont empruntées aux langages de programmation fonctionnelle utilisés pour leur construction (map et réduction de la programmation fonctionnelle et des langages de programmation tableau).
MapReduce permet de manipuler de grandes quantités de données en les distribuant dans un cluster de machines pour être traitées. Ce modèle connaît un vif succès auprès de sociétés possédant d'importants datacenters telles Amazon ou Facebook. Il commence aussi à être utilisé au sein du Cloud computing. De nombreux frameworks ont vu le jour afin d'implémenter le MapReduce. Le plus connu est Hadoop qui a été programmé par Apache Software Foundation. Ce framework possède des inconvénients qui réduisent considérablement ses performances notamment en milieu hétérogène. Des frameworks qui permettent d'améliorer les performances de Hadoop ou les performances globales du MapReduce (tant en termes de vitesse de traitement qu'en consommation électrique) commencent à voir le jour.


mercredi 20 novembre 2013

Exigences mal définies : la raison de l’échec des projets externalisés de développement

mardi 19 novembre 2013

Accéder au diplôme d'ingénieur, en cours du soir au Liban

Déroulement de la formation d'ingénieur au Cnam Liban


La formation se fait à son rythme en construisant son parcours et en capitalisant, sans contrainte de délais, les unités d'enseignement nécessaires à l'obtention du diplôme.

Toutes les unités d'enseignement sont accessibles à Paris, en régions et à l'étranger. Elles ont lieu principalement en cours du soir et du samedi, parfois en semaines bloquées et certaines sont accessibles à distance.

Le cursus se déroule en deux cycles :
  • Le cycle préparatoire, dans lequel sont étudiées les dominantes de la spécialité dans leurs aspects fondamentaux et technologiques.
    7 unités d'enseignement
    sont requises pour achever le cycle préparatoire.
    A la fin de ce cycle se déroule, à l'initiative du candidat, l'examen d'admission à l'école d'ingénieur.
    Cet examen a pour objectif d'identifier les candidats capables de devenir ingénieur, de les conseiller et de leur désigner un tuteur afin d'optimiser leurs chances d'obtenir le diplôme dans les meilleures conditions.
    Le candidat présente son dossier de candidature et passe un entretien individuel.
    Le dossier inclut la présentation du parcours d'études et du parcours professionnel, le projet de formation et le projet professionnel. Le candidat doit pouvoir justifier d'un an d'expérience professionnelle dans la spécialité (ou d'un stage de 6 mois).
    L'admission est ensuite prononcée par le jury national de l'EICnam qui se réunit deux fois par an (janvier et juin).
  • Le cycle de spécialisation regroupe les enseignements approfondis de la spécialité, déclinés par options (il faut obtenir 4 ou 5 UE en fonction de la spécialité), les sciences et méthodes de l'ingénieur et l'anglais (Niveau B2, Bulat 3).
    Le candidat doit justifier d'une expérience professionnelle de trois ans minimum à la date de soutenance du mémoire, dont deux dans la spécialité et suffisamment qualifiante.
    Le cycle de spécialisation s'achève par la soutenance du mémoire.
    Le mémoire
    a pour sujet une mission d'ingénieur dans l'entreprise. Il est rédigé à partir de la réalisation de tout ou partie d'un projet de nature professionnelle, traduit en termes scientifiques et techniques, avec présentation d'une solution et de sa mise en œuvre, accompagné d'une documentation appropriée. La soutenance se déroule devant un jury de professeurs et de professionnels et donne lieu à une discussion avec le candidat.

Poursuivre ses études en cours du soir et accéder au diplôme d'ingénieur au Liban

Salarié, travailleur indépendant, profession libérale ou demandeur d’emploi, vous pouvez devenir ingénieur en construisant votre parcours à votre rythme (formation à distance, semaines bloquées, cours du soir et du samedi…). Les formations d'ingénieurs hors temps de travail, ou plus communément appelées « cours du soir », permettent de poursuivre des études supérieures et d'accéder au diplôme d'ingénieur.
Ces formations tiennent compte des contraintes de la vie professionnelle ou privée puisqu'on y avance à son rythme, en capitalisant les unités d'enseignement (UE) et en construisant son parcours de formation.

Visitez l'ISSAE Cnam Liban 

jeudi 14 novembre 2013

GRÂCE À L'OPEN SOURCE, TWITTER ÉVITE LES INTERRUPTIONS DE SERVICE




Le réseau social a refondu son architecture en utilisant des outils open source afin d'être en mesure de répondre aux pics de trafic, indique Le Monde Informatique.
À sa création en 2006, Twitter utilisait la plate-forme monolithique Ruby on Rails. Or, en raison de la popularité croissante du site, des interruptions de service sont apparues lors de pics de trafic liés à des événements entraînant de nombreuses réactions. Pour information, Twitter traite en moyenne « environ 6 000 messages [par seconde], soit plus de 500 millions par jour et environ 3,5 milliards par semaine », rapporte Le Monde Informatique. Mais, selon les événements, des pics de trafic peuvent avoir lieu et le réseau doit alors parfois gérer plus de 100 000 messages par seconde.
Twitter a donc décidé d'investir dans de nouvelles infrastructures. Le réseau social a ainsi doublé sa Java Virtual Machine (JVM) afin de répartir la tâche de l'application monolithique sur différents services, dont l'un service sert uniquement à traiter les messages, a expliqué Chris Aniszczyk, responsable de l'informatique Open Source de Twitter, lors de la dernière conférence LinuxCon Europe en octobre dernier, rapporte Le Monde Informatique.
Par ailleurs, Twitter a choisi d'adopter différents outils open source afin d'améliorer ses performances, les outils open source constituant « les meilleurs logiciels » selon Chris Aniszczyk.
Le gestionnaire de cluster Apache Mesos « permet aux utilisateurs d'exécuter plusieurs processus sur la même machine ».
En outre, le réseau social s'est mis à utiliser Netty afin de « créer des serveurs de protocole très performants » ainsi que Scalding, « qui facilite l'écriture de tâches pour le big data », explique Le Monde Informatique.
Pour autant, le réseau social continue de s'appuyer sur le framework d'applications Ruby on Rails.
Chris Aniszczyk a également mis en avant la contribution de Twitter à la communauté open source via twitter.github.io, qui joue le rôle de bibliothèque pour une centaine de dépôts publics.

vendredi 8 novembre 2013

Premier jour de cotation de twitter en bourse

Après une entrée en Bourse en fanfare, Twitter vaut plus de 30 milliards de dollars!
"Grâce à cette opération, la société basée à San Francisco a levé 2,1 milliards de dollars. C'est le deuxième plus importante IPO de l'histoire pour une société Internet, derrière Facebook (qui avait levé 16 milliards de dollars en mai 2012) mais devant Google (1,7 milliard en 2004). Cet injection d'argent frais doit permettre à l'entreprise de financer son développement avec l'objectif de devenir rentable à moyen-terme.www.01net.com

l’éducation au numérique

http://www.educnum2014.fr/

Pourquoi faire de l’éducation au numérique une grande cause ?

Notre société est entrée dans le monde numérique et celui-ci offre des opportunités formidables : accès des individus à l’information et la connaissance, interactivité entre l’Etat et les citoyens, simplification des services, levier de compétitivité pour les entreprises, etc. Pourtant, s’il fait aujourd’hui partie de notre quotidien, le numérique reste encore relativement opaque. Cette méconnaissance fragilise le développement du numérique en France, voire alimente parfois une forme de réticence pour certains. L’écart se creuse entre ceux qui comprennent et qui exploitent pleinement le potentiel du numérique et ceux qui n’ont pas encore « franchi le pas », faute d’un accompagnement adapté.
Dans ce contexte, il appartient aux pouvoirs publics comme aux acteurs privés de promouvoir une approche globale et de développer une véritable pédagogie du numérique pour permettre à chacun d’entre nous de devenir un citoyen numérique informé et responsable, capable de profiter des potentialités de cet univers et d’y exercer de manière effective ses droits et devoirs. Ceci passe par une maîtrise technique des outils à tous les âges mais aussi par une appropriation des valeurs collectives adaptées à la vie numérique.
La France (et le Liban) accuse un retard important dans ce domaine. Il y a donc urgence à assurer une mise à niveau collective. Mais cela implique de changer d’échelle et d’agir collectivement, car ce sujet relève d’une responsabilité partagée.
L’éducation au numérique constitue donc un projet fédérateur, collectif, touchant chacun de nous à tous les âges de la vie. Un projet pour lequel la mobilisation la plus large est requise. Un projet pragmatique visant à mettre en place des actions opérationnelles pérennes.

Quels sont nos objectifs ?

• Donner une visibilité nationale au sujet de l’éducation au numérique
• Promouvoir un univers numérique respectueux des droits et libertés
• Conduire le citoyen vers une autonomie et une responsabilisation dans ses usages et sa maîtrise de cet environnement, en mettant à sa disposition de manière pérenne des outils d’apprentissage et de développement de ses capacités numériques

Quelles sont nos propositions  ?

Le collectif présente 5 premières propositions concrètes. Ces propositions, considérées par le collectif comme les plus urgentes, auront vocation à être déclinées et enrichies par la suite. La démarche se veut donc évolutive et pragmatique.