Life Long Learning for Lebanon

Portail informatique formation d'ingénieur Liban

Supports, informations et actualités informatique ISSAE Cnam Liban et centres du Cnam Liban

Société et technologie

Fondateur et activiste Free (libre) Open Source Software Lebanese Movement OSLM

jeudi 28 avril 2016

La Technologie peut-elle aider à l'alphabétisation dans les communautés pauvres?

MIT News (04/26/16) Larry Hardesty 

Au cours des quatre dernières années, les chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Tufts University, et Georgia State University ont effectué trois études pour déterminer si les ordinateurs tablettes équipés d'applications d'alphabétisation pourraient améliorer l'état de préparation à la lecture des enfants dans les pays économiquement défavorisés. Les résultats dans les trois cas, présentés cette semaine conférence à Edimbourg ACM (L @ S 2016) , en Ecosse, l'utilisation de la tablette a été efficace dans l'amélioration de la performance des participants aux tests normalisés de préparation de lecture. Un test a été mis dans un couple de villages éthiopiens ruraux sans écoles et sans culture écrite, et un autre a été menée dans une école sud-africaine de banlieue avec un ratio élèves-enseignant de 60 à 1. Le troisième essai a eu lieu dans un milieu rural l'école américaine avec principalement les étudiants à faible revenu. Dans les essais africains, les étudiants qui ont utilisé des tablettes ont beaucoup mieux réussi les tests que ceux qui n'utilisent pas. Dans le déploiement des Etats-Unis, les scores des élèves ont amélioré de façon spectaculaire après quatre mois d'utilisation de tablettes. «La prémisse de notre projet est d'exploiter la meilleure science et de l'innovation pour apporter l'éducation à la plupart des enfants de moins de ressources suffisantes dans le monde», explique le professeur MIT Cynthia Breazeal. Elle dit que les chercheurs analysent actuellement les données recueillies à partir des essais.
View Full Article(en)

Ingéniérie Informatique ISSAE Cnam Liban

mercredi 20 avril 2016

Des logiciels libres pour l'Éducation

Source: https://aful.org/gdt/educ
L'Open Source Lebanese Movement a choisi de promouvoir les logiciels libres et les standards ouverts en raison de leur intérêt technique, économique et citoyen dans tous les secteurs de l'activité. En ce qui concerne l'Éducation, la mise en œuvre de systèmes d'exploitation libres de type Unix et d'applications sous licence libre présente de nombreux avantages :
  • Les logiciels libres sont très liés au monde de l'éducation dont ils sont souvent issus, et sont un composant majoritaire de l'Internet. Du point de vue de la pédagogie de l'enseignement de l'informatique, appelé à se développer, l'accès au code source des programmes et à la connaissance des interfaces et des représentations utilisées pour les données est une ressource inestimable.
  • Ces logiciels sont utilisés dans le monde industriel dans les contextes les plus exigeants, notamment en raison de leur fiabilité, de leur stabilité, et de leur résistance aux agressions intentionnelles ou accidentelles. En outre il ne sont victimes d'aucun virus connu.
  • Pour les systèmes d'exploitation, ils permettent une grande flexibilité d'usage et de maintenance : utilisateurs multiples et simultanés sur une même machine, utilisation indifférenciée des machines par tout utilisateur, gestion automatisée et gestion distante du parc de machines et du réseau.
  • Pour les logiciels d'application, la libre disposition des codes source permet de modifier les outils standard pour mieux les adapter à des usages pédagogiques particuliers.
  • Très populaires dans l'enseignement supérieur et la recherche, ces logiciels sont des outils privilégiés pour une bonne formation scientifique et technique à l'informatique. De compétences techniques doivent être maintenues et créées dans le pays, dans un contexte administratif comme plus largement dans le tissu économique du pays.
  • Les logiciels libres permettent à terme une baisse significative des coûts d'équipement et de maintenance des réseaux des établissements. Coût logiciel, bien sûr, mais également limitation du coût matériel car l'usage de logiciel libre permet d'augmenter la durée de vie de matériels anciens en les utilisant par exemple dans un contexte client/serveur.
  • Par ailleurs ces moyens financiers, utilisés différemment, permettent de financer du service à réelle valeur ajoutée, contrairement au paiement sans cesse renouvelé de redevances d'utilisation. L'argent public, mieux utilisé, se trouve ainsi réinjecté dans le tissu économique local.
  • L'utilisation de logiciels libres permet leur diffusion et leur usage par l'ensemble des élèves et personnels des établissements, évitant ainsi que l'usage de l'informatique n'introduise à l'École une nouvelle forme de discrimination par l'argent.
Outre leur usage fréquent dans l'enseignement supérieur, les logiciels libres ont fait leurs preuves en environnement scolaire (écoles, collèges, lycées, centres de formation) dans divers contextes et divers pays dont la France, l'Espagne, l'Allemagne, la Norvège, le Canada, les États-Unis... bien trop nombreux pour être tous cités

Cnam Liban : grande école d'ingénieur au Liban

L'avenir du secteur des TIC s'annonce passionnant. Le Cnam Liban vous y prépare grâce aux large choix des diplômes d'ingénieur proposés

 Le secteur des TIC ouvre des horizons encore inconnus, placés sous le signe de la créativité et de l'innovation. Six tendances influenceront probablement le metier de demain:

  • l'allongement de l'espérance de vie, 
  • l'augmentation du nombre de dispositifs et de systèmes intelligents, 
  • le perfectionnement des systèmes de calcul, 
  • Une plus grande puissance de traitement, 
  • les nouvelles technologies multimédias, 
  • l'évolution constante des réseaux sociaux et la nature mondialisée et interconnectée de notre planète. 
Le secteur des TIC est indéniablement l'une des pierres angulaires de cet avenir. Faite confiance à un pionnier de la formation professionnelle le Cnam Liban et en parrticulier le département informatique

Procès Oracle - Google : les PDG des deux entreprises se donnent rendez-vous au tribunal Ne parvenant pas à trouver un accord après une discussion

Le 18 avril 2016, par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités

Oracle et Google devront finalement s’affronter une nouvelle fois devant les tribunaux pour régler leur conflit sur la violation des API Java dans Android.

À titre de rappel, Oracle a ouvert un procès contre Google il y a six ans de cela, estimant que le géant de Mountain View a utilisé des éléments de base de Java dans son système d’exploitation mobile sans autorisation. Oracle reproche à Google d’avoir copié dans Android « la structure, la séquence et l’organisation » de 37 API Java. La firme de Larry Ellison dénonce surtout l’opportunisme de Google, qui en voulant positionner Android comme leader du marché des OS mobiles, a choisi une voie plutôt facile. Pour prendre l’avantage sur les plateformes concurrentes, Google a construit son OS sur Java pour profiter des millions de développeurs qui étaient déjà familiers au langage, affirme Oracle. 

De son côté, Google a rejeté toute infraction, expliquant que les API ne devraient pas être protégées par le droit d’auteur parce qu'elles sont nécessaires pour écrire des programmes compatibles. La société estime par ailleurs que si les premières entreprises de technologie revendiquaient de tels droits, cela aurait certainement bloqué le développement de nombreuses technologies dont nous disposons aujourd’hui.

À la fin du mois de mars, alors que les deux parties préparaient leur prochaine confrontation, un expert en estimation des dommages et intérêts travaillant pour le compte d’Oracle a conclu que la firme de Mountain View devrait payer plus de 9 milliards de dollars US à son adversaire. Cette somme représente les dommages subis par Oracle (475 millions de dollars US) ainsi que les bénéfices réalisés par Google grâce à Android (8,8 milliards de dollars US). Google de son côté a rejeté catégoriquement cette estimation, notamment la totalité de la composante qui porte sur les bénéfices réalisés grâce à Android.

Si le prochain procès était prévu pour le mois de mai, les deux parties avaient l’occasion de régler le conflit à l’amiable avant une nouvelle comparution devant le tribunal. Après une discussion de six heures qui s’est tenue le vendredi dernier, les PDG Sundar Pichai de Google et Safra Catz d’Oracle ainsi que d’autres responsables des deux entreprises ne sont toujours pas parvenus à trouver un terrain d’entente. Les deux entreprises se donnent donc rendez-vous au tribunal le mois prochain pour tenter de régler le conflit.

Source : Business Insider

dimanche 17 avril 2016

Comment travaillera-t-on demain ?


  • À lire ◊ Le Cnam mag' #4: Comment travaillera-t-on demain ? | 4 avril 2016
    Alors que France stratégie publie une grande enquête sur l’avenir du travail, interrogeant les possibles redéfinitions de l’emploi comme des statuts, et que la situation des demandeurs d’emplois est une préoccupation lancinante, ce quatrième numéro du cnam mag’ met à l’honneur toute la variété des expertises
    du Cnam sur ces sujets.

La formation continue au Liban

Le Cnam au Liban

Qu'est-ce que le Cnam Liban?


Le Cnam Liban est un établissement public d’enseignement supérieur. Il s’adresse en priorité aux étudiants qui travaillent et qui souhaitent poursuivre leurs études.

Il travaille en étroite collaboration avec les entreprises afin de répondre à leurs attentes en matière de formation.

Il remplit trois missions: former tout au long de la vie, faire de la recherche et diffuser la culture scientifique et technique.
---

Toutes les actualités du Cnam Liban