Accéder au contenu principal

Pourquoi l'éducation doit se servir de logiciel libre et l'enseigner

« Les écoles doivent apprendre à leurs élèves à devenir les citoyens d'une société forte, compétente, indépendante et libre. »
Ce sont les raisons principales pour lesquelles universités et écoles de tous niveaux doivent utiliser exclusivement du logiciel libre.

Partage

Les établissements scolaires doivent enseigner les valeurs du partage en montrant l'exemple. Le logiciel libre contribue à la pédagogie, car il permet le partage des savoirs et des outils :
  • Savoirs. Beaucoup de jeunes élèves ont un don pour la programmation, ils sont fascinés par les ordinateurs et enthousiastes à l'idée d'apprendre comment leurs systèmes fonctionnent. Avec le logiciel privateur,1 cette information est un secret, donc les enseignants ne peuvent d'aucune façon la rendre accessible à leurs élèves. Mais s'il s'agit de logiciel libre, le professeur peut expliquer les bases, puis leur donner le code source pour qu'ils le lisent et s'instruisent.
  • Outils. Les professeurs peuvent distribuer à leurs élèves des copies des programmes qu'ils utilisent en classe pour qu'ils s'en servent chez eux. Avec le logiciel libre, la copie est non seulement autorisée, mais encouragée.

Responsabilité sociale

L'informatique est devenue une partie essentielle du quotidien. Notre société est en mutation très rapide du fait des technologies numériques, et les écoles ont une influence sur son avenir. Leur mission est de préparer les élèves à jouer leur rôle dans une société numérique libre en leur enseignant les savoir-faire qui leur permettront de prendre facilement le contrôle de leurs propres vies. Le logiciel ne doit pas être aux mains d'un développeur qui prend des décisions unilatérales que personne d'autre ne peut modifier. Les établissements d'enseignement ne doivent pas laisser les entreprises du logiciel privateur peser de toute leur puissance sur le reste de la société et sur son avenir.

Indépendance

Les écoles ont une responsabilité éthique : elles doivent enseigner l'autonomie, pas la dépendance vis-à-vis d'un seul produit ou de telle ou telle puissante entreprise. De plus, en choisissant d'utiliser le logiciel libre, l'école elle-même gagne en indépendance vis-à-vis de tout intérêt commercial et évite l'enfermement par un fournisseur.
  • Les entreprises du logiciel privateur utilisent écoles et universités comme tremplin pour atteindre les utilisateurs et ainsi imposer leurs logiciels à la société dans son ensemble. Elles proposent des réductions, voire des exemplaires gratuits de leurs logiciels privateurs aux établissements d'enseignement, pour que les étudiants apprennent à les utiliser et en deviennent dépendants. Une fois que les étudiants auront leur diplôme, ni eux, ni leurs futurs employeurs ne se verront offrir d'exemplaires au rabais. Ce que font essentiellement ces entreprises, c'est de recruter les écoles et les universités comme démarcheurs pour amener les gens à une dépendance permanente à vie.
  • Les licences libres n'expirent pas : une fois le logiciel libre adopté, les établissements conservent leur indépendance vis-à-vis du fournisseur. De plus, les licences libres donnent à l'utilisateur le droit, non seulement d'utiliser les logiciels comme il le souhaite, de les copier et de les distribuer, mais aussi de les modifier pour les faire répondre à ses propres besoins. Par conséquent, si un établissement décide de mettre en œuvre une fonction spécifique dans un logiciel, il peut recruter les services de n'importe quel développeur sans avoir à passer par le fournisseur initial.

Apprendre

Quand ils choisissent l'université où ils iront étudier, de plus en plus d'élèves tiennent compte du fait qu'elle utilise, ou non, le logiciel libre pour enseigner l'informatique et le développement logiciel. La liberté du logiciel signifie que les élèves sont libres d'étudier la façon dont fonctionnent les programmes, et d'apprendre à les adapter à leurs propres besoins. S'instruire au sujet du logiciel libre est aussi un atout pour étudier l'éthique et la pratique professionnelle du développement logiciel.

Économies

C'est un avantage évident qui attirera tout de suite de nombreux administrateurs, mais un avantage marginal. Le plus important, c'est qu'en étant autorisées à distribuer des copies des programmes à faible coût ou gratuitement, les écoles sont en mesure d'aider les familles qui ont des difficultés financières et ainsi de promouvoir l'équité et l'égalité d'accès au savoir parmi les élèves.

Qualité



Des solutions libres stables, sûres et facilement installables sont disponibles pour l'éducation dès à présent. De toute façon, l'excellence des performances n'est qu'un bénéfice secondaire, le but ultime étant la liberté pour les utilisateurs de l'informatique.

Posts les plus consultés de ce blog

Expérience professionnelle Cnam Liban informatique

Au Cnam Liban 1/3 des crédits environs sont attribués à l'expérience professionnelle, voici les conditions de validation de cette expérience:

Source : département informatique Cnam Liban , Computer Science Lebanon for adult training and continuous training
Les titres du répertoire national des certifications professionnelles (RNCP)Les diplômes de niveau III (bac+2) :
2 ans d’expérience professionnelle dans le domaine ou 2 ans en dehors du domaine
+ 3 mois de stage dans la spécialitéLes diplômes de niveau II (bac+3/4) :
2 ans d’expérience professionnelle dans le domaine ou 3 ans en dehors du domaine
+ un stage de 3 à 6 mois selon la spécialitéLes licencesParcours complet L1, L2, L3
3 ans d’expérience professionnelle dont 1 an dans le domaine validé par un rapport
d’activité. Si l’expérience professionnelle est en dehors de la spécialité : 3 ans + 6 mois de
stage dans la spécialitéParcours L3
1 an d’expérience professionnelle dans le domaine validé par un rapport d’activité.
Si l’expérience…

L'économie sociale ou économie sociale et solidaire (ESS)

L'économie sociale ou économie sociale et solidaire (ESS) est la branche de l'économie regroupant les organisations privées (entreprises coopératives, associations, mutuelles ou fondations) qui cherchent à concilier activité économique et équité sociale. En France, ce secteur représente environ 10 % des emplois salariés, cette part s'accroissant au cours du temps (9,6 % en 2005, 10,5 % en 2013).
Les organisations de l'économie sociale adhèrent à des principes fondateurs, parmi lesquels: recherche d'une utilité collective, non-lucrativité ou lucrativité limitée (bénéfices réinvestis au service du projet collectif), gouvernance démocratique (primauté des personnes sur le capital : « 1 personne = 1 voix », implication des parties prenantes).
Le terme d'« économie sociale » stricto sensu fait référence à l'approche qui délimite historiquement le secteur en fonction du statut juridique des organisations : dans cette approche, l'économie sociale désigne les as…