Life Long Learning for Lebanon

Portail informatique formation d'ingénieur Liban

Supports, informations et actualités informatique ISSAE Cnam Liban et centres du Cnam Liban

Société et technologie

Fondateur et activiste Free (libre) Open Source Software Lebanese Movement OSLM

dimanche 12 janvier 2014

La Chine a affirmé, vendredi, que son volume d'échanges commerciaux avait dépassé pour la première fois les 4 000 milliards de dollars en 2013. Un record qui, d'après Pékin, permet au pays de détrôner les États-Unis.

Alors que les indices d'un ralentissement économique en Chine se multiplient, Pékin n'a pas manqué de souligner, vendredi 10 janvier, la bonne nouvelle. Pour la première fois, le volume des échanges commerciaux du pays a dépassé, en 2013, les 4 000 milliards de dollars, soit 2 944 milliards d'euros.
Ce montant, d'après les autorités chinoises, permettrait au géant asiatique de détrôner les États-Unis et ainsi devenir le nouveau roi du commerce international. La confirmation ou non interviendra la semaine prochaine lorsque Washingon publiera les données annuelles du commerce américain.
En attendant, Pékin a de quoi se réjouir. D'après les données officielles des douanes chinoises, les exportations ont grimpé, l'an dernier, de 7,9 %. Elles se sont établies à 2 210 milliards de dollars (1 627 milliards d'euros), soit l'équivalent de 80 % du PIB total de la France (2 032 milliards d'euros en 2012) ou près de 10 fois le PIB portugais.
Données fiables ?
Le niveau des importations, d'un montant de 1 950 milliards de dollars (1 435 milliards d'euros), permet à Pékin de récupérer un confortable excédent commercial de 260 milliards de dollars (191 milliards d'euros). Reste qu'en 2013, cet excédent n'a progressé que de 13 %, alors qu'en 2012, il avait bondi de 50 %.
Mais pour certains, ces données officielles doivent être prises avec des pincettes. Les entreprises exportatrices sont régulièrement soupçonnés de gonfler leurs chiffres. Pékin est d'ailleurs conscient du problème. En mai 2013, les autorités chinoises avaient ainsi annoncé qu'ils augmenteraient le nombre de contrôles des chiffres fournis et imposeraient des amendes plus lourdes en cas de falsification avérée.