Life Long Learning for Lebanon

Portail informatique formation d'ingénieur Liban

Supports, informations et actualités informatique ISSAE Cnam Liban et centres du Cnam Liban

Société et technologie

Fondateur et activiste Free (libre) Open Source Software Lebanese Movement OSLM

mardi 9 décembre 2014

Free Software (logiciel Libre) Vs Open Source : une distinction?

Distinction

La différence formelle entre open source et free software n'a quasiment pas de conséquence dans l'évaluation des licences. On a pu un temps citer un contre-exemple célèbre avec le projet Darwin d'Apple qui était open source selon l'OSI, mais pas free software au sens de la Free Software Foundation. Depuis la version 2.0 de l'APSL, la licence sous laquelle il est distribué, ce n'est plus le cas.
Les désignations free software et open source sont en réalité deux désignations concurrentes pour un même type de licence de logiciel. En utilisant la désignation free software, on tient à mettre en avant la finalité philosophique et politique de la licence, tandis que la désignation open source met l'accent sur la méthode de développement et de diffusion du logiciel1. L'histoire et les polémiques soulevées se trouvent dans l'article Open Source Initiative.
D'un point de vue économique, la marque open source contribuait à la création d'une nouvelle forme de marché et d'économie. Il s'agissait de fournir une approche plus pragmatique des avantages du logiciel libre, en mettant de côté les connotations politique et philosophique, afin de n'en conserver que les avantages sur le plan de l'ingénierie. Le développement de ce marché est porté par les entreprises traditionnelles de l'informatique (SSII) mais également par des sociétés de services spécialisées : les SSLL (sociétés de service en logiciels libres).

Fait (1/n) : Open Source et logiciels libre : "Préhistoire"

« Préhistoire »

Les ordinateurs des années 1960 étaient livrés avec des logiciels accompagnés de leurs sources que les clients pouvaient modifier et étendre. Il aurait en effet été impossible de vendre un ordinateur sans son logiciel d'accompagnement, et la plupart des clients estimaient trop aléatoire de faire fonctionner un logiciel dont ils ne pouvaient vérifier les caractéristiques internes. Les acquéreurs de logiciel obtenaient donc sur simple demande les sources des logiciels (y compris les systèmes d'exploitation) et pouvaient les modifier à leur convenance.

dimanche 7 décembre 2014

Danger des logiciels propriétaires

Espionnage à grande echelle!
http://www.appy-geek.com/Web/ArticleWeb.aspx?regionid=2&articleid=32889809

jeudi 6 novembre 2014

Pourquoi l'éducation doit se servir de logiciel libre et l'enseigner

« Les écoles doivent apprendre à leurs élèves à devenir les citoyens d'une société forte, compétente, indépendante et libre. »
Ce sont les raisons principales pour lesquelles universités et écoles de tous niveaux doivent utiliser exclusivement du logiciel libre.

Partage

Les établissements scolaires doivent enseigner les valeurs du partage en montrant l'exemple. Le logiciel libre contribue à la pédagogie, car il permet le partage des savoirs et des outils :
  • Savoirs. Beaucoup de jeunes élèves ont un don pour la programmation, ils sont fascinés par les ordinateurs et enthousiastes à l'idée d'apprendre comment leurs systèmes fonctionnent. Avec le logiciel privateur,1 cette information est un secret, donc les enseignants ne peuvent d'aucune façon la rendre accessible à leurs élèves. Mais s'il s'agit de logiciel libre, le professeur peut expliquer les bases, puis leur donner le code source pour qu'ils le lisent et s'instruisent.
  • Outils. Les professeurs peuvent distribuer à leurs élèves des copies des programmes qu'ils utilisent en classe pour qu'ils s'en servent chez eux. Avec le logiciel libre, la copie est non seulement autorisée, mais encouragée.

Responsabilité sociale

L'informatique est devenue une partie essentielle du quotidien. Notre société est en mutation très rapide du fait des technologies numériques, et les écoles ont une influence sur son avenir. Leur mission est de préparer les élèves à jouer leur rôle dans une société numérique libre en leur enseignant les savoir-faire qui leur permettront de prendre facilement le contrôle de leurs propres vies. Le logiciel ne doit pas être aux mains d'un développeur qui prend des décisions unilatérales que personne d'autre ne peut modifier. Les établissements d'enseignement ne doivent pas laisser les entreprises du logiciel privateur peser de toute leur puissance sur le reste de la société et sur son avenir.

Indépendance

Les écoles ont une responsabilité éthique : elles doivent enseigner l'autonomie, pas la dépendance vis-à-vis d'un seul produit ou de telle ou telle puissante entreprise. De plus, en choisissant d'utiliser le logiciel libre, l'école elle-même gagne en indépendance vis-à-vis de tout intérêt commercial et évite l'enfermement par un fournisseur.
  • Les entreprises du logiciel privateur utilisent écoles et universités comme tremplin pour atteindre les utilisateurs et ainsi imposer leurs logiciels à la société dans son ensemble. Elles proposent des réductions, voire des exemplaires gratuits de leurs logiciels privateurs aux établissements d'enseignement, pour que les étudiants apprennent à les utiliser et en deviennent dépendants. Une fois que les étudiants auront leur diplôme, ni eux, ni leurs futurs employeurs ne se verront offrir d'exemplaires au rabais. Ce que font essentiellement ces entreprises, c'est de recruter les écoles et les universités comme démarcheurs pour amener les gens à une dépendance permanente à vie.
  • Les licences libres n'expirent pas : une fois le logiciel libre adopté, les établissements conservent leur indépendance vis-à-vis du fournisseur. De plus, les licences libres donnent à l'utilisateur le droit, non seulement d'utiliser les logiciels comme il le souhaite, de les copier et de les distribuer, mais aussi de les modifier pour les faire répondre à ses propres besoins. Par conséquent, si un établissement décide de mettre en œuvre une fonction spécifique dans un logiciel, il peut recruter les services de n'importe quel développeur sans avoir à passer par le fournisseur initial.

Apprendre

Quand ils choisissent l'université où ils iront étudier, de plus en plus d'élèves tiennent compte du fait qu'elle utilise, ou non, le logiciel libre pour enseigner l'informatique et le développement logiciel. La liberté du logiciel signifie que les élèves sont libres d'étudier la façon dont fonctionnent les programmes, et d'apprendre à les adapter à leurs propres besoins. S'instruire au sujet du logiciel libre est aussi un atout pour étudier l'éthique et la pratique professionnelle du développement logiciel.

Économies

C'est un avantage évident qui attirera tout de suite de nombreux administrateurs, mais un avantage marginal. Le plus important, c'est qu'en étant autorisées à distribuer des copies des programmes à faible coût ou gratuitement, les écoles sont en mesure d'aider les familles qui ont des difficultés financières et ainsi de promouvoir l'équité et l'égalité d'accès au savoir parmi les élèves.

Qualité



Des solutions libres stables, sûres et facilement installables sont disponibles pour l'éducation dès à présent. De toute façon, l'excellence des performances n'est qu'un bénéfice secondaire, le but ultime étant la liberté pour les utilisateurs de l'informatique.

GNU et Logiciels libre

dimanche 2 novembre 2014

Le libre


Un logiciel libre est un logiciel dont l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement, afin de garantir certaines libertés induites, dont le contrôle du programme par l’utilisateur, et la possibilité de partage entre individus.

Ces droits peuvent être simplement disponibles (cas du domaine public) ou bien établis par une licence, dite « libre », basée sur le droit d’auteur. Les « licences copyleft » garantissent le maintien de ces droits aux utilisateurs même pour les travaux dérivés. Les logiciels libres constituent une alternative à ceux qui ne le sont pas, qualifiés de « propriétaires » ou de « privateurs ».

La notion de logiciel libre est décrite pour la première fois pendant la première moitié des années 1980 parRichard Stallman qui l’a ensuite – avec d’autres – formalisée et popularisée avec le projet GNU et la Free Software Foundation (FSF). Depuis la fin des années 1990, le succès des logiciels libres, notamment de GNU/Linux, suscite un vif intérêt dans l’industrie informatique et les médias.

Le logiciel libre est souvent confondu avec :
les freewares (gratuiciels) : si la nature du logiciel libre facilite et encourage son partage, ce qui tend à le rendre gratuit, elle ne s’oppose pas pour autant à sa rentabilité principalement via des services associés. Les rémunérations sont liées par exemple aux travaux de création, de développement, de mise a disposition et de soutien technique.
l’open source. Le logiciel libre, selon son initiateur, est un mouvement social qui repose sur les principes de Liberté, Égalité, Fraternité ; Voir http://www.cofares.net/2014/11/la-cathedrale-et-le-bazar.html


Définition :

Un logiciel est libre selon la Free Software Foundation s’il confère à son utilisateur quatre libertés (numérotées de 0 à 3) :
la liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages,
la liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter à ses besoins,
la liberté de redistribuer des copies du programme (ce qui implique la possibilité aussi bien de donner que de vendre des copies),
la liberté d’améliorer le programme et de distribuer ces améliorations au public, pour en faire profiter toute la communauté.

L’accès au code source est une condition d’exercice des libertés 1 et 3.

La FSF précise quelques points : ces libertés doivent être irrévocables ; possibilité d’en jouir sans devoir prévenir un tiers ; possibilité de redistribuer le programme sous toute forme, notamment compilée, éventuellement à la condition de rendre disponible le code source correspondant ; possibilité de fusionner des logiciels libres dont on n’est pas soi-même l’auteur. La FSF accepte des restrictions mineures quant à la façon dont un logiciel modifié doit être présenté lorsqu’il est redistribué.
>>> Source & suite sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Logiciels_libres
>>> Plus d’info et liste non exhaustive sur : /dossiers/logiciel-libre/liste-de-logiciels-libres/

Association Cnam Liban Profil Google+

Le profil de l'association du Cnam Liban google.com/+ISSAECnamLiban


samedi 1 novembre 2014

La cathédrale et le bazar

Extrait de "La cathédrale et le bazar" Auteur : Eric S. Raymond ( esr@thyrsus.com) Traducteur : Sébastien Blondeel
Adptation et commentaire Pascal Fares 

l’open source, décrit pour la première fois dans La Cathédrale et le Bazar, s’attache aux avantages d’une méthode de développement au travers de la réutilisation du code source.

L'open source et le logiel libre ne sont pas tout a fait la même chose voir http://www.cofares.net/2014/11/le-libre.html

L'un, le Libre, est plutôt un modèle incluant un aspect social. L'autre l'open Source s’attache aux avantages d’une méthode de développement au travers de la réutilisation et la collaboration. Mais ces deux modèles se complète un peu comme "Une déclaration de principe" et "Des décret d'application" On parle alors de FLOSS (Free Libre Open Source Softwares)

L'open se baserait sur les Hacker ("Bidouilleur"?) Aux termes to hack, hacker, Eric S. Raymond a consacré un article complet. Il s'agit de l'action de comprendre comment les choses fonctionnent, de vouloir savoir ce qui se cache dans les mécaniques diverses, et de les réparer ou de les améliorer. En aucun cas, ce terme ne doit être confondu avec les pirates de l'informatique, ou crackers. l'auteur à choisi de traduire ce terme par ``bidouille'', et je vous demande de ne pas y attacher d’à priori négatif. Un bidouilleur construit des choses parfois très belles et très compliquées, alors qu'un pirate cherche à détruire.

Voici quelques principe issue ou permettant de définir l'Open Source

  1. Tout bon logiciel commence par gratter un développeur là où ça le démange. 
  2. Les bons programmeurs savent quoi écrire. Les grands programmeurs savent quoi réécrire (et réutiliser).
  3. On ne comprend souvent vraiment bien un problème qu'après avoir implanté une première solution. La deuxième fois, on en sait parfois assez pour le résoudre correctement. Ainsi, si vous voulez faire du bon travail, soyez prêt à recommencer au moins une fois.
  4. Si vous avez la bonne attitude, les problèmes intéressants viendront à vous.
  5. Quand un programme ne vous intéresse plus, votre dernier devoir à son égard est de le confier à un successeur compétent.
  6. Traiter vos utilisateurs en tant que co-développeurs est le chemin le moins semé d'embûches vers une amélioration rapide du code et un débogage efficace.
  7. Distribuez tôt. Mettez à jour souvent. Et soyez à l'écoute de vos clients.
  8. Étant donné un ensemble de bêta-testeurs et de co-développeurs suffisamment grand, chaque problème sera rapidement isolé, et sa solution semblera évidente à quelqu'un.("Quelqu'un trouve le problème,'' , "et c'est quelqu'un d'autre qui le comprend. Je pousserai le bouchon jusqu'à dire que le plus difficile est de trouver le problème.'' Mais le principal est que ces deux événements se produisent en général vite) 
  9. Il vaut mieux avoir des structures de données intelligentes et un code stupide que le contraire.
  10. Si vous traitez vos bêta-testeurs comme ce que vous avez de plus cher au monde, ils réagiront en devenant effectivement ce que vous avez de plus cher au monde.
  11. Si vous traitez vos bêta-testeurs comme ce que vous avez de plus cher au monde, ils réagiront en devenant effectivement ce que vous avez de plus cher au monde.
  12. Bien souvent, les solutions les plus innovantes, les plus frappantes, apparaissent lorsque vous réalisez que votre approche du problème était mauvaise. (Il faut parfois essayer et se tromper pour mieux apprendre)
  13. `La perfection est atteinte non quand il ne reste rien à ajouter, mais quand il ne reste rien à enlever.'' (c'est d’ailleurs le conseil que je donne a tous ceux qui rédige un mémoire avec moi) 
  14. Quand vous écrivez un logiciel jouant le rôle d'une passerelle quelconque, prenez soin de perturber le moins possible le flot de données -- et ne perdez *jamais* d'éléments d'information, à moins que la machine destinataire vous y oblige ! 
  15. Un système de sécurité n'est pas plus sûr que le secret (la clé) qui le garde. Gare aux pseudo secrets !
  16. Pour résoudre un problème intéressant, commencez par trouver un problème qui vous intéresse.    
      

samedi 25 octobre 2014

Documentation MOODLE de l'enseignant

Documentation enseignant

Cet article est destiné aux enseignantes et enseignants désirant une vue d'ensemble des fonctionnalités des cours et des fonctions de base de Moodle, qui seront utilisées jour après jour lors de la gestion d'un cours.
Si vous êtes un nouvel utilisateur, vous pouvez consulter la liste des documents destinés aux enseignants dans cette documentation. Vous pouvez également consulter les liens de la section Voir aussi au bas de cette page. Nous vous encourageons aussi à utiliser la fonction de recherche de cette documentation, dans la colonne de gauche de cette page.

Comment commencer ?

Nous partons du principe que l'administrateur de votre serveur a configuré Moodle et vous a attribué un cours vide pour vos premiers pas. Si vous n'avez pas d'administrateur, et souhaitez uniquement exploiter un cours sur Moodle, vous pouvez utiliser un hébergement gratuit de cours Moodle. Il vous sera nécessaire d'être connecté dans ce cours en tant qu'enseignant (avec droit de modification) pour mettre en pratique la majeure partie des fonctionnalités ci-dessous. Nous avons aussi quelques astuces, au cas où vous auriez des problèmes pour vous connecter.
Avant de commencer, voici trois conseils généraux qui vous aideront à démarrer avec Moodle :
  • n'hésitez pas à expérimenter : explorez votre cours et faites-y des modifications sans soucis ;
  • il est vraiment difficile de casser quoi que ce soit dans un cours Moodle, et même dans ce cas, il est facile de corriger le problème ensuite ;
  • repérez ces petites icônes et utilisez-les : Help.gif.
Passons maintenant aux choses sérieuses. Vous observerez que la page du cours est divisée en plusieurs sections. Le cours proprement dit est créé en ajoutant des ressources et des activités. Lorsque vous tapez du texte dans Moodle, vous disposez de diverses options de formatage, y compris l'utilisation de HTML dans Moodle.

Modifier un cours

mode edition.png
Pour ajouter ou modifier des activités ou des ressources, vous devrez activer le mode édition. Vous pourrez faire ceci en pressant le bouton en haut à droite de la page d'accueil du cours ou en cliquant sur le lien activer le mode édition dans le bloc d'administration. Vous pourrez quitter le mode édition en pressant à nouveau sur ce bouton ou en cliquant sur le lien dans le bloc d'administration (dont le nom sera alors Quitter le mode édition).
Lorsque le mode d'édition est activé, vous verrez les icônes suivantes :
Edit.gif - l'icône modification vous permet de modifier la ressource ou l'activité désignée.
Help.gif - l'icône aide ouvrira une fenêtre contenant un texte d'aide contextuelle.
Open.gif - l'icône oeil ouvert indique un élément visible pour les étudiants. Si vous cliquez dessus, l'élément ne sera plus accessible aux étudiants et l'icône se changera en oeil fermé.
Closed.gif - l'icône oeil fermé indique un élément caché aux étudiants. Si vous cliquez dessus, l'élément sera rendu disponible pour les étudiants et l'icône se changera en oeil ouvert.
Right.gif - l'icône flèche à droite est utilisée pour décaler des éléments du cours vers la droite. Une icône flèche à gauche est aussi disponible pour les décaler vers la gauche.
Move.gif - l'icône déplacer permet de déplacer les éléments de cours vers le haut ou vers le bas, par exemple dans une autre section.
Movehere.gif - l'icône déplacer ici apparaît lorsque vous déplacez un élément. Elle n'apparaît qu'après avoir cliqué sur l'icône déplacer et indique la position où vous voulez déplacer l'élément.
Delete.gif - l'icône suppression permet de supprimer de façon permanente un élément du cours. Avant la suppression effective, une confirmation vous sera demandée.
Marker.gif - l'icône marquer permet de mettre en évidence une section du cours.
One.gif - l'icône une section cache toutes les autres sections du cours, n'affichant que celle où vous venez de cliquer. Vous pouvez alors passer d'une section à une autre à l'aide du menu déroulant au bas de la page.
All.gif - l'icône toutes les sections réaffiche toutes les sections d'un cours.
Moodle1.6

Si vous utilisez une version 1.6, vous verrez un bouton Affichage « étudiant » en haut à droite de la page du cours. Ce bouton vous permettra de voir le cours presque exactement comme le verront les étudiants.
Moodle1.7

Si vous utilisez une version 1.7 ou ultérieure, vous verrez une liste déroulante Prendre le rôle en haut à droite de la page du cours. Cela vous permettra de voir le cours en fonction du rôle choisi, par exemple comme le verront les étudiants.

Modules d'activité

Menu activite.png
Dans votre cours, vous pouvez utiliser un certain nombre de modules d'activités d'apprentissage interactives. La communication et la collaboration peuvent avoir lieu grâce aux Forums et aux Chats pour les activités de conversation et les Sondages pour obtenir un feedback de groupe. L'ajout de Wikis à votre cours est une excellente façon de permettre à vos étudiants de travailler ensemble sur un même travail.
Les travaux peuvent être remis par les étudiants et évalués par les enseignants grâce aux Devoirs ou aux Ateliers. L'évaluation automatique peut être effectuée en utilisant des Tests. Vous pouvez même intégrer vos tests Hot Potatoes grâce à l'activité Hot Potatoes.
Les contenus peuvent être fournis grâce à des activités Leçons et SCORM. Des mots clefs peuvent être ajoutés à des Glossaires par vous-même ou, si vous le permettez, par vos étudiants.
Les Consultations et Bases de données sont aussi de très puissantes activités pour les cours.
Si tout cela n'est pas suffisant, vous pouvez aussi utiliser d'autres modules ne faisant pas partie de la version officielle de Moodle !

Ressources

Menu ressource.png
Moodle vous offre un éventail de types de ressources vous permettant d'inclure dans vos cours presque n'importe quel type de fichier. Ces contenus peuvent être ajoutés à l'aide du menu déroulant Ajouter une ressource lorsque le mode d'édition est activé. Une Page de texte est une simple page de texte, comme son nom l'indique. Ces pages ne sont pas très attractives, mais elles suffisent pour donner des informations ou des instructions. Si vous voulez plus d'options pour votre nouvelle page, vous devriez plutôt utiliser une Page web et utiliser l'éditeur WYSIWYG de Moodle.
Vous pouvez évidemment utiliser des ressources déjà existantes en format numérique, par exemple en faisant un lien vers un fichier de votre cours ou un site externe ou simplement en affichant le contenu d'un dossier de vos fichiers de cours, et en laissant les utilisateurs sélectionner eux-mêmes les fichiers. Si vous disposez d'un IMS content package, il peut facilement être ajouté à votre cours.
Utilisez une étiquette pour insérer des instructions, des informations ou des illustrations dans les sections du cours.

Blocs

Chaque page de cours contient généralement des blocs à gauche et à droite, la colonne centrale affichant le contenu proprement dit du cours. Lorsque le mode d'édition est activé, les blocs peuvent être ajoutés, cachés, supprimés et déplacés vers le haut ou vers le bas, ainsi que vers la gauche ou vers la droite.
Une vaste variété de blocs existe pour fournir des informations additionnelles ou des fonctionnalités supplémentaires à l'étudiant ou à l'enseignant. Ces blocs sont inclus dans la distribution standard de Moodle, mais plusieurs Blocs non-standards sont disponibles et peuvent être ajoutés par l'administrateur de votre Moodle.

Bloc d'administration

Les liens du bloc d'administration sont disponibles aux enseignants du cours uniquement. Le bloc d'administration que voient les étudiants ne montre que les liens vers leurs notes, et si ce réglage est activé, les historiques de leur activité dans le cours.
Le bloc d'administration permet aux enseignants de choisir les étudiants et enseignants, de les affecter dans des groupes, de voir leurs notes pour ce cours et de créer des barèmes
Vous pouvez modifier la façon dont les étudiants (et les autres enseignants) accèdent à votre cours et le verront en explorant les paramètres dans le bloc d'administration.
Un cours peut être configuré de nombreuses façons différentes. L'un des réglages les plus intéressants pour les enseignants est le format du cours, qui permet de modifier la façon dont le cours est présenté aux participants. Le format hebdomadaire convient aux cours ayant une date de début et de fin déterminée. Les activités et ressources y sont classées par semaine. Le format thématique se présente de façon analogue, mais aucune date n'est affichée, et les activités et ressources sont classées par thèmes d'étude. Le format informel s'articule autour d'un forum, qui est affiché sur la page principale du cours.
Dans la page du cours, l'icône en forme de rectangle blanc en haut à droite de chacune des sections peut être utilisée pour masquer temporairement les autres sections. L'icône en forme d'ampoule électrique permet de désigner une section comme section en cours d'étude actuellement.
Une autre fonction très utilisée du bloc d'administration est le lien Fichiers. C'est à partir d'ici que l'enseignant peut déposer des fichiers de tous types afin de les mettre à disposition des étudiants, soit en les incluant dans une activité, soit en tant que ressource, soit en téléchargement direct. Ces fichiers peuvent être déplacés, renommés, leur nom modifié et même leur contenu modifié directement sur le serveur (si ce sont des fichiers HTML ou en texte pur) ou encore supprimés. Attention toutefois de ne pas renommer ou supprimer un fichier vers lequel vous auriez déjà créé un lien, ledit lien deviendrait ainsi inaccessible ! Il est aussi possible de créer un dossier et de permettre l'affichage de la totalité de son contenu pour les étudiants.
Si le contenu de votre cours réside sur un autre serveur web, il n'est bien sûr pas du tout nécessaire de déposer de fichier. Vous pourrez les lier directement depuis le cours en utilisant la ressource de type Lien vers un fichier ou un site web.

Quelques conseils

  • Abonnez vous à tous les forums pour vous tenir informé de l'activité dans votre classe.
  • Encouragez tous les étudiants à remplir leur profil utilisateur (avec une photo) et lisez-les tous. Cela vous aidera à mieux comprendre certains de leurs travaux et à leur répondre de façon adéquate.
  • Consultez régulièrement les historiques (menu Administration) pour avoir la liste complète des visites et les actions des participants au cours. Vous y verrez un lien ouvrant une fenêtre montrant l'activité de l'heure passée et qui se met à jour chaque minute. En gardant ouverte cette fenêtre, vous pourrez suivre en temps réel l'activité du cours.
  • Utilisez le Rapport d'activité (accessible depuis le profil de chaque utilisateur). Il fournit une vue complète et détaillée de l'activité d'un participant dans un cours.
  • Répondez rapidement aux étudiants. Faites-le tout de suite ! C'est une condition essentielle à l'établissement d'un sentiment d'appartenance à une communauté d'apprentissage et au succès de votre cours. En outre, vous risquez sans cela d'être submergé par les messages.
  • N'hésitez pas à expérimenter : vous êtes libres de visiter et de modifier des éléments. Il est difficile de casser quoi que ce soit dans un cours Moodle, et même si vous y arrivez, il est généralement facile de réparer.
  • Utilisez la barre de navigation au début de chaque page - qui vous rappelle où vous êtes, et qui vous évitera de vous perdre.

Voir aussi

samedi 11 octobre 2014

Computer Engineering Degrees Pay Off Big Time

Network World (10/08/14) Brandon Butler 

Students who graduate with engineering degrees in a variety of fields are rewarded with high-paying jobs and have strong earnings potential throughout their career, according to a Brookings Institution report. Computer engineering currently ranks as the fourth-highest earning degree, with majors earning an average of $2.02 million throughout their career, while the top 10 percent of computer engineering majors earn more than $3.55 million. The report provides detailed data related to how much money graduates make just out of college, throughout different points of their career, and over their lifetime. "Engineering has reliably been a high-paying major dating back as far as the 1960s and 70s," notes Brookings researcher Brad Hershbein. The data showing that computer engineering and computer science is a lucrative major comes as colleges and universities around the country are noting increased interest in computing majors. The Computing Research Association reported enrollment for computer science programs rose 22 percent in 2013, according to the 123 departments across the United States. Hershbein also found computer engineers have an average starting salary of $49,200 a year, while in later years they earn $102,700 annually on average.

samedi 27 septembre 2014

Agile Tour 2014


ScrumallianceATB14Agile Tour 2014
Est la deuxième édition libanaise de la plus grande manifestation internationale Agile: Agile Tour. Cette conférence se concentre sur la gestion agile de projet, le leadership, la créativité, l'innovation, les approches centrées autour, l'amélioration continue et de plaisir. A travers une sélection de 14 conférences, des présentations, des ateliers et des jeux, vous êtes invités à découvrir et expérimenter les différents aspects de l'état d'esprit Agile. T son événement communautaire est organisé par Agile Liban et a accueilli les plus grands professionnels du Liban et à l'étranger (France, Luxembourg, Turquie, et l'Egypte), qui sont tous désireux de partager leur passion avec vous.

http://www.agiletourbeirut.org/

vendredi 26 septembre 2014

LyX – Le processeur documentaire

Download


Lyx est un processeur documentaire qui encourage une écriture fondée sur la « structure » de vos documents (WYSIWYM) et pas simplement sur leur affichage (WYSIWYG).

LyX combine la puissance et la souplesse de TeX/LaTeX avec la facilité d'emploi d'une interface graphique. Il en résulte une application de classe mondiale pour la création de contenus mathématiques (grâce à un éditeur d'équation intégré) et de documents structurés comme les articles académiques, les thèses, et les livres. De plus, les besoins usuels en citation scientifique comme les références bibliographiques et les index sont satisfaits de façon standard. Mais vous pouvez aussi utiliser LyX pour rédiger un roman, une pièce de théâtre ou un scénario de film. Une importante collection de modèles de documents bien conçus et prêts à l'emploi est incluse.

LyX est destiné aux utilisateurs qui veulent que leurs documents aient belle allure au premier essai. Finies les batailles sans fin avec les détails de mise en forme, le réglage au coup par coup des polices ou des sauts de page: vous vous contentez d'écrire. À l'écran, LyX apparaît exactement comme n'importe quel traitement de texte; le résultat imprimé — ou un fichier PDF riche en références croisées, produit aussi facilement — ne ressemble à aucun autre.

LyX est publié sous une licence de logiciel libre, s'exécute sur Linux/Unix, Windows, et Mac OS X, et est disponible en plusieurs langues.

mercredi 24 septembre 2014

Que peut-on faire avec un serveur dédié?

Les possibilités sont nombreuses; voici un petit aperçu:
  • Serveur collaboratif
    Partagez calendriers, rendez-vous et fichiers avec l’ensemble de vos collègues
  • IP PBX
    Réduisez votre facture mensuelle de téléphonie et obtenez une foule de fonctionnalités
  • Hébergement Web
    Hébergez un nombre accru de sites web et déployez des applications sur mesure.
  • Intranet et VPN
    Offrez à votre entreprise un moyen de communication entre employés et sites de façon sécuritaire.
  • Surveillance réseau
    Contrôlez tout ce qui transite sur votre réseau d’entreprise. Idéal pour optimiser les performances de votre entreprise.
  • Cluster et PDC
    Centralisez la gestion de votre parc informatique et du même coup réduisez les frais reliés à l’assistance technique.
  • Sauvegardes
    Assurez à votre entreprise un environnement sécuritaire pour archiver tout ce qui est de nature confidentielle et importante.
  • VPS
    Virtualisez vos vieux serveurs et épargnez sur l’entretient tout en augmentant les performances de ces derniers.

Pourquoi choisir un serveur dédié ?

Sécurité, stabilité et flexibilité sont les 3 raisons principales à ce choix : (serveur dédié cher eurabiahosting)
L’exploitation individuel (non partagé) du serveur réduit de façon considérable les risques de voir son serveur hacké ou d’être victime d’une cyberattaque. Lorsque vous partagé un serveur mutualisé avec une centaine d’utilisateurs, les risques d’être une victime collatéral de piratage d’un site mal sécurisé sont loin d’être négligeables.
Lorsque vous partagé votre hébergement (hébergement mutalisé), vous partagez non seulement l’espace disque du serveur mais aussi et surtout ses ressources.  Avec un hébergement dédié, votre présence web ne peut être pénalisé par l’abus des ressources faite par un autre administrateur. Ceci se traduit souvent en un temps de réponse plus rapide, et une disponibilité accrue de votre site web.
Contrairement à un serveur partagé, un serveur dédié vous permet d’installer tous les outils qui sont propres à vos besoins. Par exemple, il vous serait possible d’installer un service collaboratif afin d’offrir une meilleure communication à travers votre réseau professionnel, un service de téléphonie IP pour réduire la facture mensuelle, un intranet ou extranet, les sauvegardes sécuritaires, un serveur VPN… Bref, les possibilités sont quasi illimitées et avec une bonne administration, votre entreprise pourra en tirer plusieurs avantages marquants.

vendredi 19 septembre 2014

100% libre, distribition Linux. Par la FSF

Distributions GNU/Linux

Les distributions système libres GNU/Linux ne contiennent et ne proposent que des logiciels libres. Elles rejettent les applications non libres, les plateformes de développement non libres, les pilotes non libres, les « blobs » de micrologiciel [firmware] non libre et tout autre logiciel ou documentation non libre. Si par erreur elles en incluent, elles le retirent dès qu'elles s'en rendent compte.

Distributions GNU/Linux libres

Nous vous recommandons d'utiliser une distribution système GNU/Linux libre, une distribution qui ne contienne aucun logiciel privateur (aussi appelé « logiciel propriétaire »). De cette manière vous pouvez être sûr que vous n'installez pas de programme non libre. Voici notre liste de ces distributions :
Distributions GNU/Linux libres.
Toutes ces distributions existantes ont besoin de plus de développeurs. Par conséquent, si vous voulez faire une contribution efficace aux distributions GNU/Linux libres, nous vous suggérons de rejoindre le développement d'une distribution libre existante plutôt que démarrer une nouvelle distribution.

Comment rendre une distribution libre

Voici une liste des problèmes qui empêchent une distribution d'être considérée comme entièrement libre :
Recommandations pour les distributions systèmes libres.

Distributions courantes

Beaucoup de distributions GNU/Linux bien connues ne respectent pas nos recommandations. Vous pouvez découvrir ici les problèmes qu'elles présentent :
Pourquoi nous n'homologuons pas de nombreuses distributions GNU/Linux très connues.
Nous appelons les développeurs de ces distributions à en supprimer les parties non libres et à les rendre par conséquent totalement libres.

La liberté en option, ce n'est pas assez

Certaines distributions GNU/Linux donnent à l'utilisateur l'option d'installer uniquement du logiciel libre. Vous pouvez consulter :
Pourquoi proposer la liberté en option n'est pas suffisant.

Pourquoi est-ce important ?

Quand une distribution GNU/Linux contient du logiciel non libre, cela entraîne deux sortes de problèmes :
  • Si vous l'installez, il est possible que vous installiez et utilisiez du logiciel non libre.
  • Cela donne aux gens une idée fausse du but recherché.
Le premier est un problème direct : installer du logiciel non libre affecte les utilisateurs. Cependant, le second problème est le plus important parce qu'il affecte l'ensemble de la communauté.
Les développeurs de distributions non libres ne disent pas : « Nous vous présentons nos excuses pour la présence de composants non libres dans notre distribution. Nous ne savons pas ce qui nous a pris de les inclure. Nous espérons que pour la prochaine version nous garderons à l'esprit la liberté. » S'ils le faisaient, ils n'auraient pas une aussi mauvaise influence.
Au contraire, ils présentent généralement le logiciel non libre de leur distribution comme un aspect positif ; ils disent que leur but est d'offrir « la meilleure expérience utilisateur possible » ou quelque chose d'approchant, plutôt que la liberté. En d'autres termes, ils conduisent les gens à mettre la commodité au-dessus de la liberté ; leur travail va donc directement à l'encontre de notre campagne pour faire de la liberté l'objectif principal.
C'est parce que ces distributions ne donnent pas la liberté que nous ne les cautionnons pas. C'est parce qu'elles n'apprennent pas aux gens à donner de la valeur à la liberté que cette question nous inquiète beaucoup.

jeudi 18 septembre 2014

MONTÉE EN Competence informarique

Pour répondre aux besoins du marché et faire face à la « pénurie » de talents annoncée, les SSII ou ESN, comme les éditeurs et fournisseurs IT, mettent à niveau leurs équipes et forment leurs nouvelles recrues aux réalités des métiers.
Bonjour, Je vous invite à découvrir l'article Huit astuces pour gagner du temps : http://tinyurl.com/oslkhmm

vendredi 29 août 2014

Raspberry PI & Arduino, domotique, robotique, et pleins de trucs en “ique”

Raspberry PI et Arduino, domotique, robotique, et pleins de trucs en “ique”

Le Raspberry Pi est un nano-ordinateur monocarte à processeur ARM conçu par le créateur de jeux vidéo David Braben, dans le cadre de sa fondation Raspberry Pi2.
Cet ordinateur, qui a la taille d'une carte de crédit, est destiné à encourager l'apprentissage de la programmation informatique ; il permet l'exécution de plusieurs variantes du système d'exploitation libre GNU/Linux et des logiciels compatibles. Il est fourni nu (carte mère seule, sans boîtier, alimentation, clavier, souris ni écran) dans l'objectif de diminuer les coûts et de permettre l'utilisation de matériel de récupération.Son prix de vente était estimé à 25 $, soit 19,09 €, début mai 2011. Les premiers exemplaires ont été mis en vente le 29 février 2012 pour environ 25 €. Début 2013, plus d'un million de Raspberry Pi ont déjà été vendus.
Arduino  
est un circuit imprimé en matériel libre (dont les plans de la carte elle-même sont publiés en licence libre mais dont certains composants sur la carte, comme le microcontrôleur par exemple, ne sont pas en licence libre) sur lequel se trouve un microcontrôleur qui peut être programmé pour analyser et produire des signaux électriques, de manière à effectuer des tâches très diverses comme la domotique (le contrôle des appareils domestiques - éclairage, chauffage…), le pilotage d'un robot, etc. C'est une plateforme basée sur une interface entrée/sortie simple. Il était destiné à l'origine principalement mais pas exclusivement à la programmation multimédia interactive en vue de spectacle ou d'animations artistiques. C'est une partie de l'explication de la descendance de son interface de programmation de Processing, lui-même inspiré de l'environnement de programmation Wiring.

Arduino peut être utilisé pour construire des objets interactifs indépendants (prototypage rapide), ou bien peut être connecté à un ordinateur pour communiquer avec ses logiciels (ex. : Macromedia Flash, Processing, Max/MSP,Usine Hollyhock, Pure Data, SuperCollider). En 2011, les versions vendues sont préassemblées. Des informations sont fournies pour ceux qui souhaitent assembler l'Arduino eux-mêmes.Le projet Arduino a reçu un titre honorifique à l'Ars Electronica 2006, dans la catégorie Digital Communities.

Etude : 3/4 des smartphones en France et en Europe sont sur Android

//Etude : 3/4 des smartphones en France et en Europe sont sur Android
de Guillaume Belfiore le 29/08/2014
Le système Android continue sa croissance dans l'Hexagone et détiendrait désormais une part de 75% sur le marché du smartphone.

http://www.clubic.com/os-mobile/actualite-723703-etude-3-4-smartphones-france-android.html

mercredi 27 août 2014

5s vs s5. Apple et Samsung

Combat à mort entre deux stars. A notre gauche : l'iPhone 5S, le joyau d'Apple. A notre droite : le Samsung Galaxy S5, le puissant mobile coréen, fraichement annoncé au Mobile World Congress. Nous avons comparé en dix points les spécifications de ces deux mobiles phares, dans l'attente d'un test complet du S5 et d'informations sur l'iPhone 6, qui pourrait bien rebattre les cartes. Qui va gagner ce match ?

Lire l'article complet

http://m.01net.com/article.html#art615124

lundi 28 juillet 2014

Article: La région de Valence aurait économisé 36 millions d'Euro grâce à l'open source, LibreOffice permettrait des réductions de coûts de 1,5 million d'Euro par an

La région de Valence aurait économisé 36 millions d'€ grâce à l'open source LibreOffice permettrait des réductions de coût de 1,5 million d'€ par an Un nouveau rapport vient une fois de plus montrer la réduction des coûts que peut entraîner l'adoption des solutions open source en remplacement des...

http://www.developpez.com/actu/73662/La-region-de-Valence-aurait-economise-36-millions-d-grace-a-l-open-source-LibreOffice-permettrait-des-reductions-de-couts-de-1-5-million-d-par-an/

jeudi 24 juillet 2014

Test : Samsung Gear Fit : par-delà l'écran Super AMOLED

Le Samsung Gear Fit fut sans conteste l’un des temps forts Peut-être même le temps fort. Après une intrusion remarquée – à défaut d’être totalement concluante – dans le monde des montres connectées, la marque coréenne s’attaque désormais au prolifique marché des trackers d’activités. Elle prend d’emblée une longueur d’avance sur ceux qui pourraient devenir ses principaux concurrents en la matière, Apple et Google, qui comptent investir l’univers du « quantified self » (la santé connectée, NDLR). En attendant, Samsung livre un produit à l’aspect original : le Gear Fit s’affiche fièrement avec un écran Super AMOLED incurvé du plus bel effet. Ce qui lui vaut sans doute en partie son prix élevé : 200 euros environ, soit le double de certains trackers qui ont déjà fait leurs preuves, comme le Flex de Fitbit. Entre gadget geek à la mode et capteur d’activité véritablement utile au quotidien, le Gear Fit trouve t-il ses marques face à la concurrence?

Lire l'article complet :  http://www.lesnumeriques.com/capteur-activite/samsung-gear-fit-p19629/test.html

jeudi 10 juillet 2014

lundi 30 juin 2014

Open source, Corée

http://www.zdnet.fr/actualites/la-coree-du-sud-veut-passer-aux-logiciels-libres-et-open-source-d-ici-2020-39803113.htm

Install and Configure OpenVPN Server on Linux (debian/ubuntu)

From http://www.linux.com/learn/tutorials/457103-install-and-configure-openvpn-server-on-linux


The VPN is very often critical to working within a company. With working from home being such a popular draw to many industries, it is still necessary to be able to access company folders and hardware that exists within the LAN. When outside of that LAN, one of the best ways to gain that access is with the help of a VPN. Many VPN solutions are costly, and/or challenging to set up and manage. Fortunately, for the open source/Linux community, there is a solution that is actually quite simple to set up, configure, and manage. OpenVPN is that solution and here you will learn how to set up the server end of that system.

What Is Needed

I will be setting OpenVPN up on a Ubuntu 11.04, using Public Key Infrastructure with a bridged Ethernet interface. This setup allows for the quickest route to getting OpenVPN up and running, while maintaining a modicum of security.
The first step (outside of having the operating system installed) is to install the necessary packages. Since I will installing on Ubunutu, the installation is fairly straightforward:
  1. Open up a terminal window.
  2. Run sudo apt-get install openvpn to install the OpenVPN package.
  3. Type the sudo password and hit Enter.
  4. Accept any dependencies.
There is only one package left to install — the package that allows the enabling of bridged networking. Setting up the bridge is simple, once you know how. But before the interface can be configured to handle bridged networking, a single package must be installed. Do the following:
  1. Install the necessary package with the command sudo apt-get install bridge-utils.
  2. Edit the /etc/network/interfaces file to reflect the necessary changes (see below).
  3. Restart networking with the command sudo /etc/init.d/networking restart .
Open up the /etc/network/interfaces file and make the necessary that apply to your networking interface, based on the sample below:


auto lo
iface lo inet loopback

auto br0
iface br0 inet static
        address 192.168.100.10
        network 192.168.100.0
        netmask 255.255.255.0
        broadcast 192.168.100.255
        gateway 192.168.100.1
        bridge_ports eth0
        bridge_fd 9
        bridge_hello 2
        bridge_maxage 12
        bridge_stp off


Make sure to configure the bridge section (shown above) to match the correct information for your network. Save that file and restart networking. Now it's time to start configuring the VPN server.

Creating Certificates

The OpenVPN server will rely on certificate authority for security. Those certificates must first be created and then placed in the proper directories. To do this, follow these steps:
  1. Create a new directory with the command sudo mkdir /etc/openvpn/easy-rsa/.
  2. Copy the necessary files with the command sudo cp -r /usr/share/doc/openvpn/examples/easy-rsa/2.0/* /etc/openvpn/easy-rsa/.
  3. Change the ownership of the newly copied directory with the command sudo chown -R $USER /etc/openvpn/easy-rsa/.
  4. Edit the file /etc/openvpn/easy-rsa/vars and change the variables listed below.
The variables to edit are:


export KEY_COUNTRY="US"
export KEY_PROVINCE="KY"
export KEY_CITY="Louisville"
export KEY_ORG="Monkeypantz"
export KEY_EMAIL="
 jlwallen@monkeypantz.net"

Once the file has been edited and saved, we'll run several commands must be entered in order to create the certificates:
  • cd /etc/openvpn/easy-rsa/
  • source vars
  • ./clean-all
  • ./build-dh
  • ./pkitool --initca
  • ./pkitool --server server
  • cd keys
  • sudo openvpn --genkey --secret ta.key
  • sudo cp server.crt server.key ca.crt dh1024.pem ta.key /etc/openvpn/

Client Certificates

The clients will need to have certificates in order to authenticate to the server. To create these certificates, do the following:
  1. cd /etc/openvpn/easy-rsa/
  2. source vars
  3. ./pkitool hostname
Here the hostname is the actual hostname of the machine that will be connecting to the VPN.
Now, certificates will have to be created for each host needing to connecting to the VPN. Once the certificates have been created, they will need to be copied to the respective clients. The files that must be copied are:
  • /etc/openvpn/ca.crt
  • /etc/openvpn/ta.key
  • /etc/openvpn/easy-rsa/keys/hostname.crt (Where hostname is the hostname of the client).
  • /etc/openvpn/easy-rsa/keys/hostname.key (Where hostname is the hostname of the client).
Copy the above using a secure method, making sure they are copied to the /etc/openvpn directory.

Configuring VPN Server

It is time to configure the actual VPN server. The first step is to copy a sample configuration file to work with. This is done with the command sudo cp /usr/share/doc/openvpn/examples/sample-config-files/server.conf.gz /etc/openvpn/. Now decompress the server.conf.gz file with the command sudo gzip -d /etc/openvpn/server.conf.gz. The configuration options to edit are in this file. Open server.conf up in a text editor (with administrative privileges) and edit the following options:

local 192.168.100.10
dev tap0
up "/etc/openvpn/up.sh br0"
down "/etc/openvpn/down.sh br0"
server-bridge 192.168.100.101 255.255.255.0 192.168.100.105 192.168.100.200
push "route 192.168.100.1 255.255.255.0"
push "dhcp-option DNS 192.168.100.201"
push "dhcp-option DOMAIN example.com"
tls-auth ta.key 0 # This file is secret
user nobody
group nogroup

If you're unsure of any of the options, here:
  • The local address is the IP address of the bridged interface.
  • The server-bridge is needed in the case of a bridged interface.
  • The server will push out the IP address range of 192.168.100.105-200 to clients.
  • The push directives are options sent to clients.

Bringing The VPN Up And Down

Before the VPN is started (or restarted) a couple of scripts will be necessary to add the tap interface to the bridge (If bridged networking is not being used, these scripts are not necessary.) These scripts will then be used by the executable for OpenVPN. The scripts are /etc/openvpn/up.sh and /etc/openvpn/down.sh.

#!/bin/sh
#This is /etc/openvpn/up.sh

BR=$1
DEV=$2
MTU=$3
/sbin/ifconfig $DEV mtu $MTU promisc up
/usr/sbin/brctl addif $BR $DEV


#!/bin/sh
#This is/etc/openvpn/down.sh
The VPN is very often critical to working within a company. With working from home being such a popular draw to many industries, it is still necessary to be able to access company folders and hardware that exists within the LAN. When outside of that LAN, one of the best ways to gain that access is with the help of a VPN. Many VPN solutions are costly, and/or challenging to set up and manage. Fortunately, for the open source/Linux community, there is a solution that is actually quite simple to set up, configure, and manage. OpenVPN is that solution and here you will learn how to set up the server end of that system.

dimanche 22 juin 2014

mercredi 18 juin 2014

Is Coding the New Literacy?

Mother Jones (06/16/14) Tasneem Raja 

Teaching basic coding literacy to all students in public schools could help realize a diversity of talent that would transform society as profoundly as reading and writing once did. Although recent coding pushes have led some to believe everyone needs to learn the specifics of programming languages, this level of detail might not be as relevant as learning the fundamentals of what computers can do. Computational thinking might surpass coding skills in importance to useful applications of technology in today's society. Microsoft's Jeannette Wing popularized the term computational thinking, which she says is not limited to programmers and encompasses "solving problems, designing systems, and understanding human behavior." Knowing how to write code is useless without an appropriate goal toward which to apply it. "Unless you can think about the ways computers can solve problems, you can't even know how to ask the questions that need to be answered," says University of Pittsburgh professor Annette Vee, who studies the spread of computer science literacy. Reading and writing literacy began as a skill for a select few and then expanded, and coding literacy is similarly moving from an elite group to the masses. Today's most significant breakthroughs, not only in technical fields but in all fields, involve big datasets, powerful algorithms, and people able to leverage both.

mercredi 21 mai 2014

le Conservatoire (Cnam) accueille le Forum science, recherche & société

Demain, le Conservatoire accueille le Forum science, recherche & société

 
Le jeudi 22 mai, le Conservatoire accueille la sixième édition du Forum science, recherche & société (SRS). Créé par le journal Le Monde et le magazine La Recherche en 2009, cet événement propose à un large public de venir à la rencontre du monde scientifique, pour découvrir, comprendre et échanger sur les recherches d’aujourd’hui, les découvertes de demain et toutes les technologies qui ont fait, peuplent ou détermineront notre quotidien.

À partir de 9 heures, et tout au long de la journée, des tables rondes, conférences, projections de documentaires, démonstrations de serious games... verront se succéder une cinquantaine d’intervenants chercheurs, philosophes, acteurs de la société civile et essayistes pour apporter l’éclairage des sciences et de la recherche sur des enjeux de société présents et à venir.

Des grilles de l’établissement à la salle des textiles, de la cour d’honneur à l’amphithéâtre Paul-Painlevé, le Forum SRS habitera l’ensemble du site Saint-Martin, de l’allocution d’ouverture d’Olivier Faron, administrateur général, à la remise des prix du concours Génération développement durable et au discours de Geneviève Fioraso, secrétaire d’État chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.


Consultez le programme