Accéder au contenu principal

Toyota à la Linux Foundation : coup de pouce à Linux dans l'embarqué

Le 06 juillet 2011 (15:30) - par Cyrille Chausson - LeMagIt
En rejoignant la Linux Foundation, le constructeur d'automobile japonais Toyota entend pousser les développements de Linux dans le segment de l'automobile. Signe d'un décollage de l'OS Open Source dans le très critique monde de l'embarqué. Android pourrait en profiter.

Après les boxes Internet, les smartphones, les tablettes, les appareils photos, la domotique, notamment…, c'est au tour de l'industrie automobile de montrer un intérêt grandissant pour Linux dans le monde de l'embarqué. Dernière illustration, la décision du constructeur automobile japonais Toyota de rejoindre la Linux Foundation en tant que membre Gold.
Une alliance officielle et rare entre l'OS Open Source et l'industrie automobile qui vient pourtant concrétiser une tendance, nous rappelle la Linux Foundation dans un communiqué de presse. "Une transformation majeure dans l'industrie automobile est en cours. Les constructeurs d'auto utilisent des nouvelles technologies pour répondre aux exigences des consommateurs qui souhaitent disposer dans leurs autos le même niveau de connectivité qu'ils ont l'habitude d'avoir chez eux ou à leur bureau. Des tableaux de bord aux systèmes embarqués Infotainment (In-Vehicule-Infotainment - IVI , NDLR), les automobiles représentent les prochains appareils sans fil - sur roues".  A l'image du consortium Genivi, par exemple, dont l'objectif est de réunir une importante communauté de constructeurs, de spécialistes du hardware et du logiciel Open Source afin de créer une plate-forme de référence pour le IVI. Parmi les membres fondateurs de Genivi, on remarque BMW, Jaguar, PSA Peugeot Citroën, aux côtés d'Intel, ARM et Wind River, par exemple.
En tant que membre Gold, Toyota entend ainsi jouer un rôle dans le développement et dans l'ajustement de Linux aux exigences critiques du monde de l' automobile. Histoire également "d'optimiser ses propres investissements dans Linux", souligne encore la Fondation, pointant du doigt l'engagement du constructeur dans Linux.
Kenichi Murata, Project General Manager, de la division Electronics Development chez Toyota, compte s'appuyer sur cette communauté pour profiter de l'éco-système de Linux et "de la flexibilité inhérente à l'OS", raconte-t-il dans ce même communiqué.
Une clairvoyance évidente, au regard des chiffres du marché, publiés par le cabinet VDC Research. Les OS Open Source, qu'ils soient issus de consortium ou d'éditeurs Open Source dits commerciaux (comme MontaVista, Wind River ou encore Android) ont enregistré un taux d'adoption record entre 2009 et 2010 (tous secteurs d'activités confondus dans l'embarqué), note le cabinet.
Une montée d'Android dans l'automobile ?
Restera alors une question à se poser. Au regard de la forte progression d'Android sur le terrain de la mobilité, l'OS a-t-il une chance de se frayer un chemin dans l'industrie de l'embarqué ? Et de pousser l'adoption de Linux - Android repose sur un noyau Linux auquel se greffent de nombreux patches et librairies - dans ce monde critique ?

Pour le moment, ce n'est pas si évident que ça, rapporte VDC Research. Si Android est courant dans la mobilité, le monde de l'embarqué ne l'a adopté qu'à 25% aujourd'hui (sur un panel adepte de l'Open Source). Une part, certes, déjà importante. Le cabinet explique que la pile de composants intégrés à l'OS, complique certes sa nature, mais favorise les déploiements personnalisés et rapides. Certains éditeurs et ISV essaient, ainsi, de repositionner l'OS sur de nouveaux segments de marché (en le portant sur de nouvelles plates-formes par exemple). Dont l'automobile.
Dans un rapport daté d'août 2010, le consortium Genivi évoquait la progression d'Android sur le marché des systèmes embarqués pour l'automobile, mais rappelait également que ce segment n'était pas la cible première de l'Os. Notant également "la perception que Google fera peu, voire rien, pour adapter le produit aux exigences du IVI dans ses futures feuilles de route".
S'exprimant sur un éventuel avenir d'Android dans les autos, le rapport souligne : "bien qu'il soit trop tôt pour le dire, les répondants à l'étude ont le sentiment qu'Android tend à fournir un OS complémentaire qui s'exécute aux côtés d'un OS Open Source , Genivi ou autres […]". Citant le téléchargement d'applications comme un des avantages de l'OS de Google pour le secteur, et l'exemple du constructeur chinois SAIC qui a équipé un de ses modèles, la Roewe 350, d'Android. Et l'on pourra aussi évoquer Saab qui a récemment présenté un prototype, avec sa plateforme Iqon. Mais en aucun cas, pour l'heure, Android peut être considéré comme un concurrent au projet du consortium ou d'autres fournisseurs de systèmes IVI.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

le Conservatoire (Cnam) accueille le Forum science, recherche & société

Demain, le Conservatoire accueille le Forum science, recherche & société
Le jeudi 22 mai, le Conservatoire accueille la sixième édition du Forum science, recherche & société (SRS). Créé par le journal Le Monde et le magazine La Recherche en 2009, cet événement propose à un large public de venir à la rencontre du monde scientifique, pour découvrir, comprendre et échanger sur les recherches d’aujourd’hui, les découvertes de demain et toutes les technologies qui ont fait, peuplent ou détermineront notre quotidien.

À partir de 9 heures, et tout au long de la journée, des tables rondes, conférences, projections de documentaires, démonstrations de serious games... verront se succéder une cinquantaine d’intervenants chercheurs, philosophes, acteurs de la société civile et essayistes pour apporter l’éclairage des sciences et de la recherche sur des enjeux de société présents et à venir.

Des grilles de l’établissement à la salle des textiles, de la cour d’honneur à l’amphithéâtre Paul-Pai…

Certificat de spécialisation Big Data à l'ISSAE Cnam Liban

Ce certificat offre la possibilité à des informaticiens, mathématiciens, statisticiens de suivre une formation professionnelle pluridisciplinaire pour acquérir les compétences propres à l'exercice du métier émergent de data scientist également appelé "analyste big data".
Alliant des compétences en mathématiques, statistique, informatique, visualisation de données ; il est capable de stocker, rechercher, capter, partager, interroger et donner du sens à d'énormes volumes d'informations: des données structurées et non structurées, produites en temps réel et provenant de sources diverses.
À l'ISSAE Cnam Liban un Certificat de spécialisation Analyste de données massives est proposé si vous êtes intéressé vous pouvez vous faire connaitre en remplissant ce formulaire : https://cnamliban.page.link/inscriptionDS

Ce certificat est disponible hors temps de travail, le soir ou le samedi.

Expérience professionnelle Cnam Liban informatique

Au Cnam Liban 1/3 des crédits environs sont attribués à l'expérience professionnelle, voici les conditions de validation de cette expérience:

Source : département informatique Cnam Liban , Computer Science Lebanon for adult training and continuous training
Les titres du répertoire national des certifications professionnelles (RNCP)Les diplômes de niveau III (bac+2) :
2 ans d’expérience professionnelle dans le domaine ou 2 ans en dehors du domaine
+ 3 mois de stage dans la spécialitéLes diplômes de niveau II (bac+3/4) :
2 ans d’expérience professionnelle dans le domaine ou 3 ans en dehors du domaine
+ un stage de 3 à 6 mois selon la spécialitéLes licencesParcours complet L1, L2, L3
3 ans d’expérience professionnelle dont 1 an dans le domaine validé par un rapport
d’activité. Si l’expérience professionnelle est en dehors de la spécialité : 3 ans + 6 mois de
stage dans la spécialitéParcours L3
1 an d’expérience professionnelle dans le domaine validé par un rapport d’activité.
Si l’expérience…