Life Long Learning for Lebanon

Portail informatique formation d'ingénieur Liban

Supports, informations et actualités informatique ISSAE Cnam Liban et centres du Cnam Liban

Société et technologie

Fondateur et activiste Free (libre) Open Source Software Lebanese Movement OSLM

jeudi 21 avril 2011

Oracle et l'Open source cas d'OpenOffice et les autres...

Oracle annonce aujourd'hui son intention de faire de OpenOffice.org un projet open source purement communautaire et de ne plus offrir de version commerciale de Open Office. »

Ce communiqué officialise une position que Oracle avait commencé à dévoiler en conférence de presse la semaine dernière. Une position qui n'est cependant pas des plus claires.

Les explications de son porte-parole sont en effet succinctes et plutôt floues. « Vus le grand intérêt pour les suites de productivité personnelles et l'évolution rapide des technologies de l'informatique personnelle, nous croyons que le projet OpenOffice.org serait mieux géré par une organisation dont le but sera de servir ce large public sur une base non-commerciale » a ainsi déclaré Edward Screven, Directeur Corporate Architect chez Oracle. On aura noté l'insistance à qualifier OOo de produit pour les personnes et non comme suite professionnelle à part entière.

Concrètement, Oracle « a l'intention de commencer à travailler immédiatement avec les membres de la communauté » et « continuera à soutenir l'adoption des formats de documents qui s'appuient sur des standards ouverts, comme l'Open Document Format (ODF) ».

De nombreuses questions demeurent après cette courte déclaration.

Sous quelle forme se fera le développement de la suite bureautique (avec Oracle, sous Oracle) ?

Oracle acceptera-t-il de donner la marque « OpenOffice.org », chose qu'il s'est refusé jusqu'à aujourd'hui ?

Que vont devenir Cloud Office et Oracle Office, les deux suites payantes lancées en fin d'année dernière et qui s'appuient sur OOo ?

Quelle va être la réaction de la Document Foundation, qui a forké OpenOffice.org en lançant LibreOffice ?

Cette suite alternative a, dès le début, été plébiscitée par les anciens de OOo. LibreOffice a par ailleurs été choisi par des acteurs majeurs du secteur comme Canonical, qui en a fait la suite bureautique par défaut des prochaines versions de Ubuntu. Ce qui fait dire à certains que c'est la communauté elle-même qui a poussé Oracle à lui redonner sa suite logicielle.

Une analyse plus cynique consisterait à dire que Oracle a simplement analysé son marché et n'y a vu, au final, aucun potentiel de bénéfices.

Contrairement aux autres technologies qu'il a acquises avec le rachat de Sun (Java, MySQL, Solaris) et qui, elles, ne sont pas prêtes d'être délaissées par le numéro 3 mondial du logiciel.

Sur ce point Oracle n'est d'ailleurs pas dans le flou : « Oracle est concentré sur Linux et MySQL car ces deux produits ont suscité une large adoption auprès des clients commerciaux et gouvernementaux ».

Et pas auprès des utilisateurs « personnels ».

Source : Oracle