Accéder au contenu principal

Oracle et l'Open source cas d'OpenOffice et les autres...

Oracle annonce aujourd'hui son intention de faire de OpenOffice.org un projet open source purement communautaire et de ne plus offrir de version commerciale de Open Office. »

Ce communiqué officialise une position que Oracle avait commencé à dévoiler en conférence de presse la semaine dernière. Une position qui n'est cependant pas des plus claires.

Les explications de son porte-parole sont en effet succinctes et plutôt floues. « Vus le grand intérêt pour les suites de productivité personnelles et l'évolution rapide des technologies de l'informatique personnelle, nous croyons que le projet OpenOffice.org serait mieux géré par une organisation dont le but sera de servir ce large public sur une base non-commerciale » a ainsi déclaré Edward Screven, Directeur Corporate Architect chez Oracle. On aura noté l'insistance à qualifier OOo de produit pour les personnes et non comme suite professionnelle à part entière.

Concrètement, Oracle « a l'intention de commencer à travailler immédiatement avec les membres de la communauté » et « continuera à soutenir l'adoption des formats de documents qui s'appuient sur des standards ouverts, comme l'Open Document Format (ODF) ».

De nombreuses questions demeurent après cette courte déclaration.

Sous quelle forme se fera le développement de la suite bureautique (avec Oracle, sous Oracle) ?

Oracle acceptera-t-il de donner la marque « OpenOffice.org », chose qu'il s'est refusé jusqu'à aujourd'hui ?

Que vont devenir Cloud Office et Oracle Office, les deux suites payantes lancées en fin d'année dernière et qui s'appuient sur OOo ?

Quelle va être la réaction de la Document Foundation, qui a forké OpenOffice.org en lançant LibreOffice ?

Cette suite alternative a, dès le début, été plébiscitée par les anciens de OOo. LibreOffice a par ailleurs été choisi par des acteurs majeurs du secteur comme Canonical, qui en a fait la suite bureautique par défaut des prochaines versions de Ubuntu. Ce qui fait dire à certains que c'est la communauté elle-même qui a poussé Oracle à lui redonner sa suite logicielle.

Une analyse plus cynique consisterait à dire que Oracle a simplement analysé son marché et n'y a vu, au final, aucun potentiel de bénéfices.

Contrairement aux autres technologies qu'il a acquises avec le rachat de Sun (Java, MySQL, Solaris) et qui, elles, ne sont pas prêtes d'être délaissées par le numéro 3 mondial du logiciel.

Sur ce point Oracle n'est d'ailleurs pas dans le flou : « Oracle est concentré sur Linux et MySQL car ces deux produits ont suscité une large adoption auprès des clients commerciaux et gouvernementaux ».

Et pas auprès des utilisateurs « personnels ».

Source : Oracle

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

le Conservatoire (Cnam) accueille le Forum science, recherche & société

Demain, le Conservatoire accueille le Forum science, recherche & société
Le jeudi 22 mai, le Conservatoire accueille la sixième édition du Forum science, recherche & société (SRS). Créé par le journal Le Monde et le magazine La Recherche en 2009, cet événement propose à un large public de venir à la rencontre du monde scientifique, pour découvrir, comprendre et échanger sur les recherches d’aujourd’hui, les découvertes de demain et toutes les technologies qui ont fait, peuplent ou détermineront notre quotidien.

À partir de 9 heures, et tout au long de la journée, des tables rondes, conférences, projections de documentaires, démonstrations de serious games... verront se succéder une cinquantaine d’intervenants chercheurs, philosophes, acteurs de la société civile et essayistes pour apporter l’éclairage des sciences et de la recherche sur des enjeux de société présents et à venir.

Des grilles de l’établissement à la salle des textiles, de la cour d’honneur à l’amphithéâtre Paul-Pai…

Expérience professionnelle Cnam Liban informatique

Au Cnam Liban 1/3 des crédits environs sont attribués à l'expérience professionnelle, voici les conditions de validation de cette expérience:

Source : département informatique Cnam Liban , Computer Science Lebanon for adult training and continuous training
Les titres du répertoire national des certifications professionnelles (RNCP)Les diplômes de niveau III (bac+2) :
2 ans d’expérience professionnelle dans le domaine ou 2 ans en dehors du domaine
+ 3 mois de stage dans la spécialitéLes diplômes de niveau II (bac+3/4) :
2 ans d’expérience professionnelle dans le domaine ou 3 ans en dehors du domaine
+ un stage de 3 à 6 mois selon la spécialitéLes licencesParcours complet L1, L2, L3
3 ans d’expérience professionnelle dont 1 an dans le domaine validé par un rapport
d’activité. Si l’expérience professionnelle est en dehors de la spécialité : 3 ans + 6 mois de
stage dans la spécialitéParcours L3
1 an d’expérience professionnelle dans le domaine validé par un rapport d’activité.
Si l’expérience…

Certificat de spécialisation Big Data à l'ISSAE Cnam Liban

Ce certificat offre la possibilité à des informaticiens, mathématiciens, statisticiens de suivre une formation professionnelle pluridisciplinaire pour acquérir les compétences propres à l'exercice du métier émergent de data scientist également appelé "analyste big data".
Alliant des compétences en mathématiques, statistique, informatique, visualisation de données ; il est capable de stocker, rechercher, capter, partager, interroger et donner du sens à d'énormes volumes d'informations: des données structurées et non structurées, produites en temps réel et provenant de sources diverses.
À l'ISSAE Cnam Liban un Certificat de spécialisation Analyste de données massives est proposé si vous êtes intéressé vous pouvez vous faire connaitre en remplissant ce formulaire : https://cnamliban.page.link/inscriptionDS

Ce certificat est disponible hors temps de travail, le soir ou le samedi.