Accéder au contenu principal

ECTS : Principes généraux d'utilisation des crédits

Principes généraux d'utilisation des crédits

Le nombre d'heures des formations, jusqu'à maintenant associé aux descriptions des diplômes, des certificats et des unités d'enseignement, est remplacé par un nombre de crédits à acquérir.a) Comment fonctionne le système des crédits?
Chaque année d'un programme d'études comprend 60 crédits à acquérir. Ces crédits sont répartis entre plusieurs types d'unités. On peut distinguer plusieurs sortes d'unités. Celles qui apparaissent le plus fréquemment sont : les cours, les travaux dirigés et les travaux pratiques. On trouve ensuite : le stage, le projet, la séquence en alternance, la rédaction de mémoire. Enfin, deux cas particuliers: la prise en compte de l'activité professionnelle et la réussite au test Bulat (sur lesquels on revient plus loin, cf point 2). 
60 crédits par an, cela représente la charge de travail d'un auditeur, qui suivrait des études à temps plein. La base de calcul étant la suivante : un programme d'études à temps plein sur une année est identifié sur 36 à 40 semaines , le crédit représentant de 25 à 35 heures de travail, une année d'études à temps plein comprendrait donc de 900 à 1400 heures (certaines formations comme les formations d'ingénieur étant plus exigeantes en nombres d'heures travaillées). Il faut donc remarquer que ce temps global, exprimé en crédits (60 par an) représente une durée " théorique ". D'autant plus au Cnam où, sauf cas particuliers, aucun auditeur ne suit de programme d'études à temps plein, puisque, pour la plupart, les auditeurs du Cnam suivent une formation tout en étant en activité professionnelle. 
De fait, pour la plupart des formations proposées au Cnam, en particulier en cours du soir - en hors temps de travail (HTT) -, vous construisez un parcours de formation individualisé, en choisissant, avec l'aide d'un enseignant ou d'un conseiller d'orientation, des unités d'enseignement en fonction de votre profil et des investissements en temps que vous êtes en mesure de consentir.
b) Système de crédits et parcours individualisé de formation
Prenons le cas d'une Licence, telle qu'elle est proposée au Cnam, à savoir la mention STIC de la Licence informatique. Elle est identifiée sur 3 ans (L1, L2, L3) et on doit donc capitaliser 180 crédits pour l'obtenir. La description de cette formation, en termes de crédits et de types d'unités, est le suivant :
  Types d'unités à acquérir Nombres de crédits par type Total par an
L1 7 unités d'enseignement obligatoires (de type cours, TP) 42 cr.60 crédits
  expérience professionnelle 18 cr. 
L2 3 unités d'enseignement obligatoires 18 cr.60 crédits
  4 unités d'enseignement à choix 24 cr. 
  expérience professionnelle 18 cr. 
L3 2 unités d'enseignement obligatoires 12 cr.60 crédits
  5 unités d'enseignement à choix 30 cr. 
  test Bulat (attestation de réussite) 2 cr. 
  expérience professionnelle 18 cr. 

Pour une licence la spécificité du Cnam sont les 3*18cr d'expérience professionnelle

Posts les plus consultés de ce blog

Expérience professionnelle Cnam Liban informatique

Au Cnam Liban 1/3 des crédits environs sont attribués à l'expérience professionnelle, voici les conditions de validation de cette expérience:

Source : département informatique Cnam Liban , Computer Science Lebanon for adult training and continuous training
Les titres du répertoire national des certifications professionnelles (RNCP)Les diplômes de niveau III (bac+2) :
2 ans d’expérience professionnelle dans le domaine ou 2 ans en dehors du domaine
+ 3 mois de stage dans la spécialitéLes diplômes de niveau II (bac+3/4) :
2 ans d’expérience professionnelle dans le domaine ou 3 ans en dehors du domaine
+ un stage de 3 à 6 mois selon la spécialitéLes licencesParcours complet L1, L2, L3
3 ans d’expérience professionnelle dont 1 an dans le domaine validé par un rapport
d’activité. Si l’expérience professionnelle est en dehors de la spécialité : 3 ans + 6 mois de
stage dans la spécialitéParcours L3
1 an d’expérience professionnelle dans le domaine validé par un rapport d’activité.
Si l’expérience…

L'économie sociale ou économie sociale et solidaire (ESS)

L'économie sociale ou économie sociale et solidaire (ESS) est la branche de l'économie regroupant les organisations privées (entreprises coopératives, associations, mutuelles ou fondations) qui cherchent à concilier activité économique et équité sociale. En France, ce secteur représente environ 10 % des emplois salariés, cette part s'accroissant au cours du temps (9,6 % en 2005, 10,5 % en 2013).
Les organisations de l'économie sociale adhèrent à des principes fondateurs, parmi lesquels: recherche d'une utilité collective, non-lucrativité ou lucrativité limitée (bénéfices réinvestis au service du projet collectif), gouvernance démocratique (primauté des personnes sur le capital : « 1 personne = 1 voix », implication des parties prenantes).
Le terme d'« économie sociale » stricto sensu fait référence à l'approche qui délimite historiquement le secteur en fonction du statut juridique des organisations : dans cette approche, l'économie sociale désigne les as…